ACCUEIL

 

bronze coulage

 

Artiste d’origine stéphanoise, Florian Bossy oeuvre comme sculpteur bronzier. Il dépouille ses sculptures, creuse et morcelle le bronze, donnant à voir quiétude, inquiétude, force, fragilité, emprisonnement, libération… Il rend à la matière son caractère ambivalent, propre à celui de nos émotions. Toutes ses pièces sont uniques.

 "La fonte du métal plus particulièrement la fonte d’objets artistiques est l’un des métiers les plus vieux du monde.
C’est en effet depuis l’âge du bronze que l’homme a travaillé les métaux à des fins soit utilitaires, soit ornementales. Depuis lors, le développement de ces techniques et plus singulièrement de la fonte n’a point cessé.
Les générations de fondeurs se sont succédées en apportant à vrai dire peu de transformations majeures à l’art de la fonte, à celui de la cire perdue en particulier.

Dans son essence,cette fonte de la cire perdue est extrêmement simple: l’objet à reproduire en métal est soit modelé en cire pour des objets petits et pleins, soit façonné en cire autour d’un noyau en banko (argile) pour des pièces plus grandes et creuses.

En rentrant dans les détails du procédé de la cire perdue nous savons que les petits objets pleins sont entièrement façonnés en cire. Une fois que le modèle voulu est obtenu, on prépare deux types de banko pour le moulage.
Le premier type de banko se prépare comme suit:
-du banko bien sec, pilé et tamisé, du charbon de bois pilé et tamisé, du son de riz tamisé. Le tout mélangé à de la toile de jute ou du crottin de cheval en ajoutant un peu d’eau pour obtenir du banko pâteux.
Le deuxième type de banko se compose de banko sec, du son de riz, de toile de jute ou du crottin de cheval,de l’eau pour obtenir du banko pâteux.
C’est seulement la composition du banko du noyau qui diffère. Il est mixé avec de la paille, du son de riz et un peu d’eau.
Pour le moulage, on recouvre l’objet d’une fine couche du premier type de banko; une fois séché, on remet une deuxième couche plus épaisse du second type de banko et après ces deux couches de banko, on chauffe le moule et la cire fond. A la place de cette cire, on coule le bronze. Après la coulée du bronze, on laisse le métal se solidifier. On brise ensuite le moule pour obtenir l’objet et on passe à la finition.

Cette technique de la cire perdue avec le moulage en banko permet à chaque fois d’avoir un objet unique.

Abou TRAORE
Bobodiolasso

 BURKINA FASSO"

 


 
 
 

 
 
Florian BOSSY | Chemin du Doux | 43290 SAINT-BONNET-LE-FROID | florianbossy@hotmail.fr